Segments

  Le segment des ministres pour la sécurité de l’eau pour la paix et le développement
  Le segment des ministres constitue une pierre angulaire dans la mise en œuvre du processus Politique du Forum. Ainsi, ils fourniront un leadership et une orientation politique et un plaidoyer pour aider à faire avancer l’agenda politique international à mi-parcours de l’agenda 2030 quant à la mise en œuvre des cibles relatives à l'eau et à l’assainissement des objectifs de développement durable. Le segment se conclura par l’adoption du Plan d’action de Dakar pour les ministres, qui déclinera la déclaration politique du Forum, et alimentera la conférence sur l’eau de New York de septembre 2023. Ce plan d’action permettra aussi de créer un environnement où il y a une utilisation et une gestion équitables et durables des ressources en eau pour la réduction de la pauvreté, le développement socio-économique, la coopération régionale et l'environnement

Lancement officiel de la journée

(9h30-10h30)

Secrétaire Exécutif du 9ème Forum mondial de l’eau Président du Conseil Mondial de l’Eau Président du Conseil des Ministres de AMCOW Ministre de l’Eau et de l’assainissement du Sénégal Mme Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur
Session I (15h30-16h15)

" Mise en œuvre de la « Déclaration de Dakar » à l’échelle de leurs pays respectifs " · Mise en œuvre des engagements de la Déclaration de Dakar pour les ODD

  • Promotion d’un processus de dialogue politique inclusif, durable et fécond pour une mise en œuvre de la Déclaration de Dakar
  • Renforcement du dialogue intersectoriel pour une plus grande implication des autres secteurs dans la mise en œuvre de la Déclaration de Dakar.

Le temps des annonces et des appels (à préciser)

(12h15-13h30)

  • UNESCO : Etat des ressources en eau dans le monde
  • AMCOW : Nouvelle stratégie 
  • SUISSE : Appel pour une convention pour la protection des infrastructures d’eau en cas de conflits armés.
Pause Déjeuner
Session II (16:30-17:00)

« Contribution pour la Conférence d’examen à mi-parcours de la Décennie de l’eau (2018-2028) » · Présentation de l’état de lieux global et par région de l’ODD6 (Nations unies)

  • Mesures à prendre pour accélérer l’atteinte de l’ODD 6 dans le monde en vue d’assurer la sécurité de l’eau et de l’assainissement (Conseil mondial de l’eau)
  • Leçons tirées des expériences réussies de mise en œuvre de l’ODD 6 : présentation de success stories au niveau local, national et international (Banque Mondiale)
  • Dialogue ministériel sur la Conférence des Nations Unies de 2023 (Pays-Bas & Tadjikistan) 

Clôture : Adoption du plan d’action de Dakar pour les ministres (16h30-17h00)

  • M. le Secrétaire exécutif du 9ème Forum mondial de l’eau
  • M. le Président du CME
  • M. le Ministre de l’eau et de l’assainissement

Le segment des parlementaires pour la sécurité de l’eau

Propositions pour le Forum Mondial de l’Eau de Dakar Jeudi 24 mars 2022 (à confirmer)

  L’eau est un facteur-clé pour la réussite des objectifs du Développement, de l’Accord de Paris sur le Climat et de l’Accord de Sendai sur la réduction des risques de catastrophes. Cependant, malgré cette reconnaissance du droit humain à l’eau potable et à l’assainissement par les Nations Unies les défis restent immenses. Plus de 2 milliards de personnes sont toujours privées d’eau potable et d’assainissement. Dans leur mission de contrôle et de veille de l’action gouvernementale, les parlementaires, qui portent aussi la voix des citoyens, ont un rôle essentiel à jouer pour faire avancer l’agenda politique international à mi-parcours de l’agenda 2030 quant à la mise en œuvre des cibles relatives à l'eau et à l’assainissement des objectifs de développement durable. Ainsi, en proposant, amendant, contrôlant, ils aideront à obtenir des avancées concrètes en faveur de l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous. Le segment se conclura par l’adoption du Plan d’action de Dakar pour les parlementaires, qui déclinera la déclaration politique du Forum, et alimentera la conférence sur l’eau de New York de septembre 2023 (cf clôture ci-dessous).

Lancement officiel de la journée

(9h30-10h30)

  • Honorable KEITA, Président Commission Assemblée Nationale Sénégal
  • M. Le Secrétaire exécutif du 9ème Forum mondial de l’eau
  • M. le Président du Conseil mondial de l’eau - M. le Président de The Global Legislators Organisation (GLOBE) Opening ceremony (9:30-10:30)
  • Honorable KEITA, Commission Chair – National Assembly SENEGAL - Executive secretariat of the 9th Wordl Water Forum - President of the World Water Council - Chair The Global Legislators Organisation - (GLOBE) - Chair Inter-Parliamentary Union (IPU) - Chair UPA - Chair Global Water Council
  • M. le Président de l’Union parlementaire africaine (UPA)
  • M. le Président de l’Union interparlementaire (UIP)
  • M. le Président de l’Assemblée nationale du Sénégal

SessionI

(10h45-12h15)

"Le renforcement et la mise en œuvre effective du cadre législatif et budgétaire pour la sécurité de l’eau et de l’assainissement"

  • Capitalisation et valorisation du travail des parlementaires en matière d’eau et d’assainissement
  • Dialogue parlementaire sur les problématiques d’accès à l’eau et à l’assainissement au niveau local, national et international
  • Renforcement des capacités des parlementaires pour voter des lois favorables à l’eau et à l’assainissement
  • Propositions législatives appliquant le droit humain à l’eau et à l’assainissement reconnu par les Nations unies

Le temps des annonces et des appels I (à préciser (12h15-13h30

  • Lancement du Rapport GLOBE-GEF sur l’évaluation de la gouvernance du capital naturel au Cameroun, République Démocratique du Congo, Sénégal, Afrique du Sud et Nigeria ·
  • Appel des Parlements des pays de la CEDEAO à l’avènement d’une législation communautaire sur l’eau
  • Appel pour une convention pour la protection des infrastructures d’eau en cas de conflits armés.

Pause Déjeuner

    Session II (14:30-16:00)

    "Le suivi, l’évaluation et la consolidation des politiques publiques nationales et des engagements internationaux en matière d’eau et d’assainissement pour un développement durable "

    • Suivi-évaluation de la mise en œuvre optimale du cadre législatif et budgétaire et des politiques publiques sur l’eau et l’assainissement
    • Vote des lois et des budgets en lien avec des programmes d’éducation accordant une importance à l’eau et l’environnement, exécutables par des ministères dédiés et les collectivités territoriales
    • Promotion de processus de dialogue politique inclusif, durable et fécond autour de l’eau et de l’assainissement pour un développement durable
    • Mise en place de cadres de concertation entre les parlementaires et élus locaux en vue d’une meilleure appropriation des programmes, réalisations et approches dans le domaine de l’eau et de l’assainissement
    • Renforcement de l’implication des associations locales dans l’ensemble des processus décisionnels et de mise en œuvre liés à l’eau et à l’assainissement

    Le temps des annonces et des appels II (à préciser)

    (16h00-16h30)

    • Handbook des Parlementaires sur l’assainissement (SWA) Sanitation and Water for All, SWA, Mme Catarina de Albuquerque, 
    • Mise en place d’un réseau international des parlementaires pour la sécurité de l’eau pour la paix et le développement

    Feuille de route des Parlements en vue de la conférence des NU de septembre 2023 : demande d’intégration d’un segment dédié aux parlementaires

    Clôture : Adoption du plan d’action de Dakar pour les parlementaires

    (16h30-17h00)

    • M. le Président de l’Union interparlementaire (UIP)
    • M. le Président de l’Assemblée nationale du Sénégal

    Le segment des villes et collectivités territoriales pour la sécurité de l’eau Propositions pour le Forum Mondial de l’Eau de Dakar Mercredii 23 mars 2022 (à confirmer) Contacts : Aziza.Akhmouch@oecd.org et elongmbassi@uclga.org

     

    La sécurité hydrique : un enjeu majeur dans les villes Avec une population mondiale de 9,7 milliards d'habitants d'ici 2050, dont 70% vivront dans des villes, la demande en eau devrait augmenter de 55%, notamment en raison de la demande croissante de l'industrie manufacturière (+400%), de la production d'électricité (+140%) et de l'usage domestique (+130%) (OCDE,2015). Dans le même temps, les villes et gouvernements locaux font face à une multitude de défis relatifs à la détérioration de la qualité de l'eau, aux catastrophes naturelles liées à l’eau (inondations, sécheresses), aux conflits d’usages, et au vieillissement des infrastructures (OCDE,2015). Ces défis sont exacerbés par le changement climatique, la croissance démographique et l'urbanisation galopante qui exacerbent les problématiques de l’eau à l’échelle locale, de basin, nationale et transfrontalière. Pour faire face aux différents risques liés à l’eau et à l’assainissement, les villes et gouvernements locaux ont un rôle essentiel à jouer dans la gestion des ressources en eau, la prestation des services d’eau potable et d’assainissement, et la préservation des écosystèmes et de la biodiversité, notamment par leurs actions combinées en matière de gouvernance, d’investissement public, de planification urbaine, et d’infrastructures. L’eau est un enjeu mondial dont la gestion est également locale dans la mesure ou les responsabilités en matière d'élaboration des politiques, d'information, de surveillance et d'évaluation, de réglementation et de financement de l’eau sont en grande partie partagées entre plusieurs niveaux de gouvernement. Les crises de l'eau étant souvent des crises de gouvernance, il est crucial d’adopter une approche pluri-niveaux de la gouvernance de l’eau impliquant tous les acteurs, et notamment les maires et élus des collectivités territoriales. Les maires et élus locaux : des acteurs de premier plan Dans ce contexte, à l’occasion du 9ème Forum Mondial de l’Eau à Dakar (« le Forum »), l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques et Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU-Afrique) organisent, en coopération de nombreux partenaires institutionnels et réseaux de villes tels que CGLU, Eurocités, ICLEI et le C40, une journée dédiée au rôle des villes et collectivités locales dans la gestion de l’eau et de l’assainissement, en tant que l’un des cinq segments politiques clés du Forum. Cette journée s’appuiera sur les conclusions du processus des autorités locales des précédentes éditions du Forum Mondial de l’Eau et aboutira à l’adoption du « Plaidoyer des Maires et collectivités territoriales pour l’eau » (voir Annexe) s’inscrivant dans la lignée de la Déclaration des Autorités Locales sur l’eau (FME4, Mexico, 2006), le Pacte d’Istanbul pour l’Eau (FME5, Istanbul, 2009), les messages politiques des autorités locales et régionales (FME6, Marseille 2012) et l’appel à l'action des gouvernements locaux et régionaux de Brasilia pour l'eau (FME8 Brasilia, 2018). Objectifs du segment « villes et collectivités territoriales » Les objectifs de la Journée des villes et collectivités territoriales – qui vise à réunir une centaine de maire de villes de différentes tailles à travers le monde, ainsi que les dirigeants d’associations et réseaux de villes nationaux, régionaux et internationaux, sont multiples :

    1. Définir et mettre en lumière le rôle essentiel de l’action des villes et des collectivités locales pour chacune des quatre priorités thématiques du 9ème Forum Mondial de l’Eau, à savoir :
      • "Sécurité de l’eau et de l’assainissement"
      • Eau pour le développement rural 
      • Coopération 
      • Outils et moyens de mise en œuvre
    2. Décupler l’action collective des maires et élus en matière de développement durable, pour atteindre à l’horizon 2030 les 18 cibles liées à l’eau des Objectifs de développement durables, notamment les ODD:
      • No.N°6 « Accès de tous à l’eau et à l’assainissement et gestion durable des ressources en eau » 
      • N°11 « Villes et communautés inclusives, résilientes et durables »
    3. Favoriser l’échange entre pairs et élever la voix des maires en matière de sécurité hydrique, en synergie avec les politiques urbaines, rurales et d’aménagement du territoire, notamment par:
      • La coopération entre les villes pour soutenir le développement de politiques locales ambitieuses
      • Une meilleure collecte de données, connaissances et analyses scientifiques liées à l’eau
      • Un renforcement des capacités locales de gestion et politiques publiques
      • Une coopération décentralisée plus efficace et la mobilisation de financements dédiés
    4. Inaugurer la Table ronde des Maires Africains pour la sécurité de l’eau comme cas pilote / expérimentation pour mettre en œuvre sur le continent africain les objectifs susmentionnés entre les 9ème et 10eme Forums Mondial de l’Eau (2022-2025).
    5. Adopter un « Plaidoyer » des maires et collectivités territoriales pour la sécurité hydrique comme vecteur de paix, croissance économique, inclusion sociale, et développement durable dans le monde, dont les engagements seront suivis à l’horizon 2025.

    Organisation

    La mobilisation des acteurs sera assurée par l’intermédiaire de l’OCDE, CGLU Afrique et des institutions partenaires, en s’appuyant notamment sur les réseaux de villes et leurs partenaires. Il est proposé d’organiser la Journée des villes et collectivités territoriales en quatre temps.

    Session I

    (1h)

    Un segment d’ouverture (1h) avec

    • Le mot d’accueil de la ville et du pays d’accueil du Forum (5 min chacun)
    • 3-4 brefs discours des organisateurs de la journée et représentants de réseaux de villes à l’échelle nationale, régionale et mondiale (5 min chacun)
    • Diffusion de 2-3 vidéos courtes sur les enjeux de l’eau dans quelques villes (5-6 min)
    • Une présentation de haut niveau des principaux enjeux de la sécurité hydrique dans les villes du monde pour poser le cadre des débats (15 min)

    Session II

    (3h)

    Une 1ère session plénière de 3h intitulée « Regards croisés des villes et collectivités territoriales du monde sur la sécurité hydrique » réunira une centaine de maires du monde pour discuter des solutions et bonnes pratiques dans les domaines relatifs aux quatre Priorités du Forum ainsi que des moyens nécessaires pour accélérer la mise en œuvre des objectifs et cibles de développement durable liés à l’eau et aux villes, notamment les ODD 6 et 11.

    • Brève présentation des principaux messages du Forum à destination des maires et collectivités territoriales par les Co-Chairs des Groupes thématiques (5 min chacun)
    • 1er Tour de table avec 15-20 maires pour partager leurs expériences respectives quant aux défis et priorités identifiées par le Forum (3 min chacun)
    • Brève présentation des principales actions suggérées à l’intention des maires et élus par les Co-Chairs des Groupes thématiques (5 min chacun)
    • 2ème Tour de table avec 15-20 maires pour signaler leurs engagements respectifs avec des exemples concrets d’initiatives (3 min chacun)

    Pause Déjeuner (1h30)

    Session II

    (3h)

    Une 2ème session plénière de 3h qui accueillera la « Table Ronde des Maires Africains pour la Sécurité Hydrique » développée conjointement par l’OCDE et CGLU-Afrique, à laquelle sont conviés tous les maires, élus, et parties prenantes participants à la journée villes et collectivités territoriales. Cette table ronde mettra l’accent sur les problématiques des villes d’Afrique, et visera à encourager le dialogue et la coopération avec d’autres villes du monde pour surmonter les défis identifiés.

    • Brève présentation des principaux objectifs, de l’observatoire, du programme d’activités et des attendus de la table ronde par l’OCDE et CGLU-Afrique (5 min chacun)
    • Présentation des principaux enjeux de La gouvernance de l'eau dans les villes africaines identifiés dans le rapport OCDE (10 min)
    • 1er Tour de table avec 15-20 maires Africains pour partager leurs expériences respectives quant aux défis et priorités identifiées dans le rapport (3 min chacun)
    • 2ème Tour de table avec 15-20 maires du monde pour partager leurs expériences dans le continent africain et/ou des défis similaires auxquels ils sont confrontés (3 min chacun)
    • Brève présentation de partenaires institutionnels engagés sur les problématiques de l’eau en Afrique (bailleurs, ONG, réseaux de villes, etc.) et des synergies potentielles (5 min chacun)

    Session IV

    (45mn)

    Un segment de clôture (45 min) o Le récapitulatif des messages de la journée et des actions de suivi proposées (5 min)

    • L’approbation du Plaidoyer des maires et collectivités territoriales pour la sécurité hydrique du 9ème forum de l’eau et de la feuille de route pour 2022-2025 (15 min)
    • Quelques interventions ciblées, complémentaires (3-5 min chacune)
    • La Photo de groupe et clôture de la journée dédiée (5 min)

     

    Le segment des organismes de bassins pour la sécurité de l’eau Propositions pour le Forum Mondial de l’Eau de Dakar Jeudi 24 mars 2022 (à confirmer)

     

    Les organismes de bassins sont des artisans de paix et des accélérateurs de développement durable. Nationaux ou transfrontaliers, ils sont par construction des plateformes multi acteurs. Ils sont des lieux de dialogue, entre pays à l’échelle transfrontalière, entre usagers et acteurs de l’eau à l’échelle infranationale. Afin d’accélérer l’atteinte des ODDs 6.5.1 et 6.5.2, il est important de développer ces deux échelles de partage et de solidarité:

    La coopération par bassin a en effet fait ses preuves et apporte des bénéfices concrets :

    1. A l’échelle transfrontière

    • Plus de moyens par la mutualisation des ressources financières & techniques,
    • Optimisation des bénéfices retirés des grands ouvrages grâce à leur localisation. Les expériences d'ouvrages communs à plusieurs pays existent : leurs succès (partage des bénéfices ; paix ...) et difficultés doivent être davantage partagés.y.
    1. En mode national multiacteurs
    • Approche intégrée conforme aux ODDs
    • Diagnostic plus précis des ressources en eau
    • Meilleure appropriation des mesures décidées
    • Résultats optimaux des politiques sectorielles coordonnées
    • Complémentarité nécessaire entre GIRE transfrontalière et GIRE nationale : Les Organismes de Bassin Transfrontaliers (OBT) constituent un cadre de gestion transfrontalière. Mais ils doivent pouvoir compter sur une déclinaison nationale (puis locale) pour que les mesures puissent se concrétiser sur les différents territoires. Et réciproquement : la GIRE nationale a besoin d'être consolidée au niveau transfrontalier, sous la coordination d'un OBT opérationnel et reconnu.

    Le segment se conclura par l’adoption du Plan d’action de Dakar pour les bassins, qui déclinera la déclaration politique du Forum, et alimentera la conférence sur l’eau de New York de septembre 2023 (cf clôture ci-dessous).

    Lancement officiel de la journée

    (10h00-10h30)

    • M. le Président du Conseil mondial de l’eau
    • M. le Ministre de l’eau du Sénégal
     

    "Les bassins transfrontaliers et la coopération entre acteurs, une contribution à la paix"

    Thèmes traités

    • Succès des approches transfrontalières par bassin (cas d’études, pistes d’accélération) et bénéfices pour les populations et les pays
    • Renforcement des cadres institutionnels et juridiques (nouveaux accords, adhésions aux Conventions des Nations Unies1992/1997) ; renforcement des OBT
    • Pérennisation des financements (mécanismes de financement durable, engagement des pays, éligibilité des OBT auprès des bailleurs)
    • Impact positif des OBT sur la planification et les investissements au niveau national comme transfrontalier
    • Développement des systèmes d’information partagés

    Déroulement envisagé

    1. Exposé introductif (reprenant notamment les conclusions des sessions thématiques) 
    2. Panel de haut niveau (échanges et débats autour des thématiques de la session, réactions à l’exposé introductif) : Secrétaires/directeurs exécutifs d’OBT, Ministres et responsables politiques, Agences onusiennes, bailleurs de fonds
    3. Présentation d’initiatives et d’appels à action Par exemple, en cours de préparation : · Nouvelle initiative de l’Union Européenne en faveur des organismes de bassin transfrontaliers,

    • Confirmation du projet RAOB/RIOB de pérennisation et de développement du RAOB

    • Nouvelles adhésions de pays à la Convention sur l’eau de 1992

    • Présentation de la nouvelle stratégie du GEF pour la coopération transfrontalière ?

    • Initiative Mer d’Aral (processus de Douchanbé) ?

    Lunch Break

    Session II (14:00-15:30)

    "Les bassins nationaux et l’intégration des politiques, une contribution au développement durable"

    Thèmes traités

    • Succès des approches multi-acteurs par bassin (Cas d’études, pistes d’accélération) ·
    • Renforcement de la cohérence intersectorielle des politiques publiques (industrie, agriculture) avec mobilisation des parties prenantes dans leur mise en œuvre.
    • Meilleurs dialogue et coordination villes / bassins.
    • Renforcement des cadres de participation des acteurs et de la société civile.

    Déroulement envisagé

    1. Exposé introductif (reprenant notamment les conclusions des sessions thématiques)
    2. Panel de haut niveau (échanges et débats autour des thématiques de la sessions, réactions à l’exposé introductif) : Ministres et responsables politiques, directeurs de l’eau et responsables de comités de bassin, représentants d’usagers sectoriels (AEPA, industrie, énergie, agriculture, tourisme…), bailleurs de fonds.
    3. Présentation d’initiatives et d’appels à action Par exemple, en cours de préparation :
    • Mise en place d’une coordination permanente des bailleurs internationaux pour la GIRE par bassin
    • Lancement du réseau des directeurs de l’eau pour la GIRE, etc…
    • …/…

    Clôture :

    (15h30-16h00)

    Adoption du plan d’action de Dakar pour les bassins En vue de la conférence ONU de septembre 2023 : demande d’intégration d’un segment dédié à la GIRE et aux bassins, notamment transfrontières (ODD 6.5), présentations par : 

    • M. le Ministre de l’eau du Maroc, président du RIOB
    • Mme la Secrétaire générale de la CEE-ONU
    • Représentants des Pays-Bas et du Tadjikistan, Coprésidents de la décennie de l’eau
     

    Le plan d’action de Dakar pour les bassins se donne pour objectif politique d’impacter le déroulement et les conclusions de la conférence des Nations Unies sur l’eau de septembre 2023. Il s’articule autour de la nécessité globale d’accélérer les ODD 6.5.1 et 6.5.2 « par les bassins et pour les bassins » :

    1. Dans un contexte de pressions croissantes sur les ressources en eau, les organismes de bassin doivent renforcer leur mobilisation pour :
      • Confirmer leur rôle et leur efficacité au service de la sécurité de l’eau, de la paix et du développement durable
      • Renforcer les solidarités amont-aval et faciliter l’allocation des ressources en eau et les décisions sur les grands ouvrages
      • Capitaliser sur les initiatives passées, notamment le Panel de Haut Niveau sur l’Eau et la Paix
      • Valoriser l’impact positif et les résultats concrets produits par les organismes de bassin en matière de développement, d’aménagements partagés (santé, énergie, agriculture…) et d’approche écologique
      • Montrer comment organismes de bassin et autorités locales peuvent travailler ensemble pour apporter de l’innovation sur le terrain
    2. Les organismes de bassin doivent être soutenus et renforcés :
      • Renforcement de la visibilité et des cadres institutionnels, notamment pour les bassins transfrontaliers
      • Renforcement des pratiques de partage de données et des systèmes d’information
      • Généralisation des pratiques et des outils de participation des usagers de l’eau, dans une logique de responsabilisation
      • Renforcement des échanges avec les autres niveaux administratifs et territoriaux
      • Argumenter le besoin pour les OB(T) d’accéder plus facilement aux financements, en particulier en référence à la publication 2021 de la CEE-ONU sur le financement de la coopération transfrontière et le développement par bassi